Les Éléphants d’Hoffet à Singapour ou quand le Laos rencontre Singapour

C’est accompagnés de M. Patrick Duveau, notre professeur d’EPS et coach d’athlétisme, Mme Sarah Muller, responsable des activités périscolaires, et de trois pères d’élèves, MM. Laurent Montillet, Sutikno Gindroz et Enrique Ortega, que nous nous rendons à Singapour pour notre première participation à « Faîtes de l’athlétisme » organisée par le Lycée français de Singapour, les 19 et 20 mai 2012.

« Nous », c’est-à-dire les athlètes : Thepnimith Keoluangkhot, Pauline Phoumsavanh, Guy-Thone Caudron, Lisa Bounchaleune, Souphansa Phonekeo, Cindy Nguen, Santhalack Lengsavad, Lea Waldura, Viviane Ortega, Zoë Montillet, William Lefebre, Noah Laroche, Jona Rusco, Patiphane Sasorith, et les journalistes en herbe que nous sommes : Oulaykham Siphandone et Vanhvilay Srithirath. Notre symbole est un éléphant comme dans le logo du lycée, en référence à l’ancien nom du Laos, le Lane Xang, le pays des Millions d’éléphants.

Les Les « éléphants » sportifs d'Hoffet à Singapour !« éléphants » sportifs d'Hoffet à Singapour !

Les « éléphants » sportifs d’Hoffet à Singapour !

Que nous soyons déjà allés à Singapour ou pas, ce départ est excitant pour tous. Le rendez-vous au bus est fixé à midi et nombreux sont les « fans » qui sont au rendez-vous. Ils nous aident même à porter nos valises. Certains parents sont visiblement inquiets, alors que d’autres sont heureux de nous voir porter les couleurs de notre établissement pour cette compétition sportive « internationale ». À l’aéroport, nous avons dû patienter un certains temps avant de monter dans l’avion. Nous sommes curieux car nous allons emprunter une nouvelle ligne aérienne de la compagnie nationale Lao Airlines. Le vol Vientiane-Singapour existe seulement depuis novembre 2011 et dure quatre heures, ce qui n’est rien quand on pense que pour une heure de plus en bus, on peut à peine se rendre à Savannakhet au sud du Laos, à 300 km de la capitale. À l’aéroport de Singapore Changi, on se rend au bureau de change pour avoir des dollars de Singapour pour nos achats à venir (un dollar singapourien vaut environ 6500 lao kips), puis à l’Evan’s Lodge où nous allons loger durant tout le séjour. Une fois nos affaires déposées, nous dînons à un bistrot indien, le « Mr Prata », sûrement du nom de son propriétaire, qui sera notre cantine. Une bonne nuit de sommeil suit notre repas pour être en forme pour les journées épuisantes qui nous attendent !

Le matin de notre première journée, nous déjeunons encore chez Mr Prata et goûtons à la spécialité le “Prata“, une crêpe aux parfums variés : fraise, banane et bien d’autres. Nous buvons tous du “Milo dinausor”, une boisson chocolatée censée nous donner de l’énergie. Après notre petit déjeuner, les athlètes vont s’entrainer au stade juste en face du Lodge. Ils sont tous très concentrés car demain la compétition commence. Ils s’échauffent avec trois tours de terrain et s’entrainent ensuite au saut en longueur et à la course de relais. Ici le climat est tropical comme au Laos, mais il y fait encore plus humide et plus chaud ! Pas évident pour tous de s’adapter avant les épreuves. Après l’entrainement, nous rentrons prendre une douche au lodge avec l’idée de faire un tour à Vivo City, un des plus grands centres commerciaux de Singapour, comme il n’en existe pas encore chez nous. Première « attraction » : nous prenons le métro. Au Laos, nous avons pour transports en commun de nombreux bus qui relient toutes les grandes villes du pays et la seule ligne de chemin de fer entre Thanaleng (près de Vientiane) et Nongkhai, de l’autre côté de la frontière, en Thaïlande, mais pas encore de métro. Deuxième « attraction », nous traversons ce qui ressemble à un grand parc : le Botanic Garden, où sont conservées une grande diversité de plantes. Avant de nous lancer dans la course aux cadeaux pour nos familles et nos amis, nous nous arrêtons pour manger un succulent steak au poivre. Après tout, il faut du carburant pour faire une petite course qui ne nous a pris que trois heures ! Le soir , nous nous rendons au Lycée Français de Singapour où nous sommes attendus pour le diner. La tension de la compétition est déjà palpable entre nos deux équipes. Tout le monde va donner le meilleur de lui-même le lendemain, c’est certain ! De retour au lodge, nous sommes tellement stressés que personne n’arrive à dormir ! Les discussions dans le noir vont bon train et tournent toutes autour du même sujet : la compétition et nos chances d’être bien classés. Soudain nos pronostics sont interrompus par des bruits étranges dans le couloir. Curieux, nous entrouvrons la porte : ce sont les élèves des Lycées Français de Jakarta et de Shanghai qui sont arrivés tard dans la nuit. Nous accueillons nos « rivaux » avant de poursuivre nos paris.

Jet-Damlat durant le bi-athlon

Jet-Damlat durant le bi-athlon

 Le premier jour de compétition, nous nous levons très tôt, à 5h du matin, afin de prendre le petit-déjeuner préparé avec soin par notre coach, M. Duveau : des céréales, du yaourt et d’autres produits riches en vitamines… Nous faisons le voyage en bus avec les athlètes venus de Jakarta. Direction le Lycée Français de Singapour, où les épreuves débutent à 8h. À peine posé les pieds à terre, tous les

sportifs commencent à s’échauffer, très excités à l’idée de participer à cet événement inter-établissement. Trente minutes de tour de stade, leurs chaussures de compétition enfilées et les voilà prêts à affronter les autres compétiteurs. Tous les participants des différents lycées français s’encouragent mutuellement, faisant preuve d’un bel esprit de compétition. A midi, nous mangeons nos sandwichs dans les gradins tout en continuant à soutenir nos camarades restés sur le stade. La course de relais enthousiasme la majeure partie des spectateurs, car c’est une épreuve qui demande à la fois rapidité et esprit d’équipe. Les athlètes sont tous à fond. Au final, nous sommes très fiers de notre palmarès : dix médailles d’or, cinq médailles d’argent et quatre médailles de bronze ! Afin de célébrer ce beau résultat, nous allons festoyer au centre-ville, mais pas toute la nuit, car un autre grand rendez-vous sportif nous attend pour le dernier jour de compétition : l’épreuve très exigeante du bi-athlon.

Quatre élèves seulement du Lycée Hoffet y participent car les athlètes de notre école ne pratiquent pas cette discipline. En effet, il n’existe pas encore de vrai club de natation ouvert aux élèves de notre Lycée pour permettre de pratiquer le bi-athlon, alliant la natation et l’endurance. Lors de cette épreuve difficile, Jet-Damlat est confronté à des élèves plus âgés et bien mieux entrainés, nous faisons donc de notre mieux afin de le soutenir : quelques élèves courent à ses côtés et d’autres l’encouragent du haut des gradins. Bien qu’il soit arrivé le dernier, nous sommes fiers qu’il soit allé jusqu’au bout. La pause déjeuner nous permet de nous remettre de nos émotions avant la remise des trophées. Thepnimith, qui a déjà reçu cinq médailles la veille, se voit encore décerner le trophée du meilleur athlète de treize ans ou moins : le U13. Une vraie consécration pour lui !

En grands sportifs que nous sommes, nous décidons de partir ensuite à la piscine, mais pour nous détendre cette fois-ci ! Six élèves ne peuvent pas se joindre à nous, certains n’ayant même pas apporté leur maillot de bain : un comble pour une compétition sportive ! Ensuite nous partons au Singapore Flyer, la plus grande roue au monde, avec un petit détour par le fast food, que M. Duveau nous autorise car la compétition est finie ! Suite à ce diner de rois et de reines, nous arrivons enfin à la grande roue. Tout le monde est époustouflé devant la beauté de la ville de Singapour vue de nuit. C’est juste magique !!!

Le Singapore Flyer vu de l'intérieur

Le Singapore Flyer vu de l’intérieur

Le jour suivant, nous avons encore droit à une visite originale : le Studio Universal. Nous sommes répartis en quatre groupes pour monter dans les différents manèges qui ont tous pour thème un film des studios Universal : The Transformers, The revenge of the Mummy, Jurassic Park… autant de films que nous avons vu en DVD, car il n’y a pas encore assez de salles de cinéma au Laos pour projeter tous ces films venus d’Hollywood.

La visite à l'Universal Studio

La visite à l’Universal Studio

Avant d’aller diner, nous allons sur la magnifique plage de Sentosa. Nous savourons notre chance d’être le seul groupe des lycées français à avoir pu prendre quelques jours pour visiter Singapour, une cité-état faite à la fois de buildings et de sites naturels. Tout ceci nous inspire même un surnom pour Patipane : M. Patipanda, ce qui nous fait bien rire ! Mais au lodge, nous retrouvons un peu notre sérieux pour ranger nos valises en vue du retour le jour suivant à Vientiane.

Le lendemain matin, nous faisons notre dernière visite au Science Center. Nous y allons à reculons, cela promet d’être ennuyeux car trop sérieux ! Pour retarder cette visite, nous entrons directement dans la boutique de cadeaux, mais au lieu de nous conforter dans notre a priori, les objets vendus nous rendent curieux. Toutes les expériences bizarres de ce centre de la science nous surprennent agréablement. Encore une caverne aux trésors dont Singapour a le secret !

Enfin, notre séjour prend fin. Nous nous rendons à l’aéroport, le cœur gros, car nous aurions bien aimé rester encore. L’avion est pratiquement vide, comme s’il nous était entièrement réservé, ce qui nous remonte un peu le moral en nous donnant l’impression d’être l’équipe olympique de notre pays ! Au revoir Singapour et bonjour Laos !!! En descendant de l’avion à Wattay, nous avons tous des airs de zombies suite au trajet, et malgré l’absence de décalage horaire… à moins que nos discussions sans fin au lit et la compétition n’aient eu raison de notre énergie ! Nous sommes accueillis par nos parents et par le proviseur, M. Decloitre, qui est venu nous féliciter.

À peine de retour, nous avouons n’avoir qu’une envie : retourner l’année prochaine à Singapour pour remporter encore plus de médailles et visiter d’autres attractions de cette superbe mégapole !

 Oulaykham Siphandone et Vanhvilay Srithirath, Classe de 4ème au Lycée Hoffet, Vientiane

Photos de Sutikno Gindroz

Plus d’infos et de photos sur le site du lycée de Singapour et celui de Vientiane.

1 comment for “Les Éléphants d’Hoffet à Singapour ou quand le Laos rencontre Singapour

  1. 3 novembre 2012 at 08:04

    BRAVO les journalistes
    Vous avez pu participer et vivre de l interieur l aventure de nos sportifs en herbe
    Votre passion vous honore et votre presence nous a ete precieuse
    On se le refait en 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *