Le tissage de la soie au Vietnam

Nous avions vu, en classe, la soie telle qu’on la faisait à l’époque de la Chine des Han, et encore quelques fois aujourd’hui. J’ai visité une usine de soie à Dalat, au Vietnam, et constaté, tel que nous l’avions appris, que la technique n’a pas changé, seulement ce sont des machines qui font le plus dur du travail, celui qui demande le plus de force.

Les cocons arrivent à l’atelier. Là, des femmes (il n’y avait que des femmes) les mettent dans de l’eau chaude, et tirent un fil qu’elles accrochent à un rouet qu’une machine fait tourner pour enrouler le fil autour d’une bobine.
Une fois que les cocons n’ont plus de fil, on voit les vers à soie qu’elles repêchent pour les mettre de côté. Un cocon à lui seul peut produire un kilomètre de soie !

La première étape : l’eau chaude

Les vers à soie

L’espace de travail

Une fois que le fil est enroulé, des jeunes femmes le passent dans d’autres sortes de rouets, pour changer la taille de la bobine.

J’ai vu des femmes filant la soie seulement avec leurs instruments, mais dans l’atelier à soie, il suffisait de placer la canette et les bobines au bon endroit et de bien installer des cartes perforées (pour les motifs de dessins) sur une énorme machine en bois pour avoir, en patientant bien évidemment, un tissu très long de soie orné de magnifiques dessins réguliers.

Les rouets

Les cartes perforées guidant la machine pour exécuter le motif

La machine à tisser


Toutes les machines dans cet atelier font un tapage incroyable, et sont très vieilles :



Un peu plus loin de cela, dans leur coin, de jeunes femmes brodent à la main de somptueux dessins sur des tissus de soie. Cela servira le plus souvent pour des robes, des écharpes… et même des tableaux !

Le motif créé

La broderie

Et la réalisation de tableaux


 

Dans quelques années, il faudra certainement les remplacer, peut-être par un nouveau système moins artisanal mais qui conservera un savoir ancestral… Car rappelons-nous que la soie existe depuis déjà des millénaires.

Maë Robert, 6e B

2 comments for “Le tissage de la soie au Vietnam

  1. Camille Place
    28 février 2013 at 00:52

    Coucou Maë,
    c’est moi Camille je viens de lire ton article trés interessant sur le tissage de la soie au Vietnam. Tu m’as a appris beaucoup de choses et c’est trés bien expliqué avec les photos et la petite vidéo qui a permis de mettre en mouvement toutes les photos que tu a prise.
    J’espère que tu feras d’autres articles comme celui-ci car ça me permets de voir ca que tu fais avec ton collège.
    Gros poutous de la pet de ta meilleure amie qui ne t’as pas oublié
    Camille Place
    PS: A tu reçue ma lettre que je t’ai envoyé aux alentours de Noël ????

  2. dufournet
    8 mars 2013 at 18:07

    Je viens de lire Femmes de soie de Gail Tsukiyama et ton article décrit une méthode ancestrale ainsi le travail incroyable de ces femmes dans le tissage de la soie. Bravo à toi!
    J’habite LYON où la soie a tenu une place très importante et a employé de nombreuses familles de canuts dans le quartier de la croix rousse…
    Je pars au vietnam lundi et j’espère avoir la chance de visiter moi aussi une usine de soie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *