La préservation du patrimoine au Vanuatu, réalités et limites

Le lac de Gaua

Les sociétés contemporaines ont toujours été fascinées par leur passé. Cette fascination s’exprime notamment dans la place que le patrimoine prend dans l’espace public. Quelle est la véritable signification du terme « Patrimoine » ?

Si à l’origine s’agit d’un bien, un héritage transmis suivant les lois des parents aux enfants, sa notion est aujourd’hui devenue plus globale : il est requalifié de naturel, culturel, historique, industriel ou immatériel. Le patrimoine appartient toujours à un individu, un groupe social, qui lui accorde une importance, une valeur. On peut distinguer deux types de patrimoines :

  • le patrimoine matériel : des objets conservés et restaurés, le mobilier urbain, les monuments, les livres, les images…
  • le patrimoine immatériel : il regroupe tout ce qui se transmet mais ne se voit pas, il inclut également les lieux remarquables et les lieux de mémoire.

En tant que jeunes historiens de la classe de Terminale ES du lycée JMG Le Clezio, essayons de comprendre les objectifs et les enjeux de la conservation du patrimoine de notre jeune nation, le Vanuatu. Bien évidement, notre démarche relèvera d’une volonté d’objectivité.

ambour d’Ambrym et piano de bambou, instruments traditionnels qui accompagnent la « Kastrom ». Musée de Port-Vila

Le Vanuatu est une nation très jeune, qui a obtenu son indépendance tardivement en 1980. Le développement du pays et son ouverture récente sur l’extérieur a entraîné une disparition progressive d’un certain nombre de savoir-faire et de pratiques culturelles, du fait d’une croissance importante d’une population jeune et occidentalisée dans le pays. D’où la nécessité de sauvegarder, d’entretenir, puis de transmettre l’héritage ni-vanuatais…

La danse Lowtopuga

Chants des femmes dans l’eau de Gaua

Le Vanuatu possède énormément d’éléments patrimoniaux : matériel, immatériel et naturel : La tombe de Roy Mata, les vestiges du « Président Coolidge », Le dessin sur le sable, le chant des femmes dans l’eau de Gaua, la musique string-band, le lac Letas à Gaua – riche d’une incroyable bio-diversité- les volcans –considérés comme les plus accessibles au monde- une forêt primaire impressionnante à Santo.

Deux de ces éléments : le dessin sur le sable et la tombe de Roy Mata ont été classés par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité.

…Les autres sont sur liste d’attente…car il n’y a pas assez d’études réalisées par des spécialistes dans le pays pour pouvoir les classer à la précieuse liste de l’UNESCO.

Dessin sur le sable

Dans ces conditions, et afin de préserver au mieux le patrimoine du Vanuatu, les organismes et communautés locales, avec le soutien de l’État doivent informer les organisations internationales comme l’UNESCO, des menaces éventuelles pouvant affecter le patrimoine du pays. Si l’alerte est justifiée et le problème suffisamment sérieux, cette dernière pourra alors éventuellement envisager d’inscrire plus d’éléments de notre patrimoine sur sa liste.

 

Le dessin sur sable : au patrimoine mondial de l’humanité

Un groupe de musique string band

Le tombeau et la dépouille du chef Roy Mata


 

En attendant, les défis à relever par l’Etat, en collaboration avec les organisations non gouvernementales sont multiples : Voter des lois protégeant notre patrimoine et les faire appliquer, créer des programmes de sensibilisation sur l’importance de protéger notre patrimoine, incorporer l’étude du patrimoine au sein des écoles (cela se fait déjà au sein de notre établissement pour le dessin sur sable en classe d’Arts Plastique), organiser des événements publics, des manifestations ou festivals faisant la promotion de notre patrimoine, rénover et valoriser dans le cadre d’exposition de niveau international les objets exposés au Musé National du Vanuatu.

 

Amata Fiakaifonu et Ian Lunabeck, Terminale ES, Lycée français JMG Le Clézio, Port-Vila, Vanuatu

Cet article aété réalisé dans le cadre du programme de Terminale ES en Histoire sur le thème du rapport des sociétés à leur passé.

Sources :

Musée de Port Vila, Site de l’UNESCO, http://www.seacology.org, http://www.positiveearth.org, http://www.positiveearth.org, http://www.diveadventures.com.au, http://www.manuelbrecht.com, http://eoimages.gsfc.nasa.gov, http://jeremienati.files.wordpress.com, http://a141.idata.over-blog.co, http://entreselleetterre.unblog.f, http://pascal-blonde.inf, http://lacito.vjf.cnrs.fr

1 comment for “La préservation du patrimoine au Vanuatu, réalités et limites

  1. caroline ash
    13 mars 2013 at 00:03

    Félicitations pour votre article si bien rédigé. Il informe le lecteur clairement du problème de la transmission du patrimoine au Vanuatu. Heureusement que des jeunes comme vous prennent conscience de l’urgence de préserver et valoriser les coûtumes culturelles avant qu’il ne soit trop tard. J’ai particulièrement apprécié le film sur les dessins dans le sable, quel talent!Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *