Le réalisateur Arnaud des Pallières et la scénariste Christelle Berthevas au Lycée Français de Singapour

Dans le cadre du Festival du film français à Singapour (du 5 au 8 décembre 2013), Arnaud des Pallières est venu dans l’île cité pour promouvoir et parler de sa dernière adaptation cinématographique de la nouvelle de Heinrich von Kleist, Michael Kohlhaas.

Rencontre avec Arnaud des Pallières et Christelle Berthevas

Avec A. des Pallières et C. Berthevas

Les élèves de seconde du LFS ont eu la chance de visionner ce film, en avant-première. C’est un drame historique franco-allemand coécrit avec Christelle Berthevas. Il a été présenté en compétition officielle lors du Festival de Cannes 2013. Le film a fait sa sortie généralisée le 14 août 2013.

Arnaud des Pallières, 52 ans, est un réalisateur et scénariste français. Il a suivi de courtes études de littérature puis fait du théâtre avant de se tourner vers le monde du septième art. Il a réussi le concours d’entrée à L’Institut des hautes études cinématographiques (généralement désigné par l’acronyme IDHEC) devenu depuis 1988 La Fémis.

Il réalise son premier long métrage en 1997, Drancy Avenir. En 2003, il tourne Adieu, en 2009, Parc, en 2010, Diane Wellington (durée 16 min) et en 2011, Poussières d’Amérique.

Avec A. des Pallières et C. Berthevas

Avec A. des Pallières et C. Berthevas

Une semaine après le visionnage, une rencontre a été organisée au lycée dans le cadre du cours de « Littérature et Société », entre les élèves, Arnaud des Pallières et Christelle Berthevas (coscénariste). L’échange d’une heure et demie a été enrichissant et éclaircissant sur le monde du cinéma.

Pour introduire la rencontre, j’ai rédigé une critique du film visionné une semaine avant :

« Un film sombre, une ambiance lourde et oppressante, un silence de plomb tout le long et un Mads Mikkelsen captivant et transcendant, en bref une tension palpable: voici la toute dernière adaptation cinématographique contemporaine du roman de Kleist, Michael Kohlhaas. Le film mise sur une bande son simple et lancinante mais très en accord avec l’histoire qui reste assez hermétique et dont le spectateur doit déchiffrer le message. Ainsi, la noirceur du film est véhiculée par une lumière sombre qui rend parfois l’action difficile à distinguer, jouant sur le mystère et mimant ainsi l’imbroglio dans lequel s’engouffre le personnage. Les dialogues sont pourtant simples, limitant la parole à son expression la plus informative, nous livrant des textes tranchants comme des lames. Si les jeux d’ombres embrouillent souvent le spectateur, l’intrigue et le suspense l’obligent à rester toujours en alerte.

Avec A. des Pallières et C. Berthevas

Avec A. des Pallières et C. Berthevas

Ainsi préparez-vous à constamment prendre du recul pour comprendre le véritable message et le fond du film, où vous suivrez un héros digne d’une Tragédie, déchiré par un choix impossible, à savoir obtenir justice ou y renoncer pour vivre en paix avec sa famille. Honneur ou Amour, un véritable dilemme cornélien. Le film s’axe sur une réflexion philosophique autour des valeurs héroïques. Est-il un héros celui qui se bat jusqu’au dernier souffle quitte à perdre sa famille et à faire souffrir ses proches? Est-il un héros celui qui renonce à se battre et mène une vie simple et sans passion, mais qui pardonne et apprend à baisser la tête ? Mads Mikkelsen incarne très bien son personnage même s’il en éclipse le reste des acteurs qui paraissent, à côté de lui, sans émotions. Bref, vous si vous rêvez d’action et d’un blockbuster à l’américaine passez votre chemin. Mais si vous cherchez un film plus cérébral et plus questionnant, ce long métrage est fait pour vous ».

Arnaud des Pallières, réalisateur, M. Pujol, proviseur du LFS, Christelle Berthevas, coscénariste, Amandine Froment-Moulia, enseignante de Lettres, Caroline Chomienne, enseignante d’histoire-géographie

A. des Pallières, M. Pujol, Proviseur, C. Berthevas, A. Froment-Moulia, C. Chomienne.

Le réalisateur, aux apparences pourtant froide et inflexible, se livra et fit preuve d’une grande passion, d’une culture large

et affutée, et d’une sensibilité humaine certaine. Les réactions des élèves furent toutes différentes : ainsi certains eurent l’impression que le niveau d’abstraction de ses réponse était par moment trop élevé, tandis que d’autres ressentirent un profond respect pour l’imposante figure pleine d’humilité et d’ouverture d’esprit.

Christelle Berthevas, la coscénariste avec qui il a travaillé, était plus pragmatique et ses réponses étaient très précises concernant l’adaptation de la nouvelle à l’écran. Elle a construit le socle du scénario qu’Arnaud des Pallières a ensuite remodelé et retouché. Il avait besoin de cet apport féminin dans son travail. Pour lui, transformer un scénario est une tâche pleine de plaisir alors que la première phase de son écriture est souvent plus ingrate et difficile.

Le groupe d’élèves a été, grâce à ces deux professionnels du cinéma, éclairés sur le film en lui-même, Michael Kohlhaas et aussi sur les métiers de réalisateur et de scénaristes.

Valentin Hoyez, Seconde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *