Jeungdo, un espace touristique durable ?

Que pensez-vous d’une petite ballade en vélo sur une île au sud de la Corée ? Regardez plutôt…

Pas convaincu ? Ou bien alors une bonne baignade dans de la vase fraîche ? Vous y respirerez un air pur et éprouverez une sensation de sainteté. Un voyage de classe nous a offert ces sensations.

Jeungdo, une slow city.

La péninsule coréenne

La péninsule coréenne

Jeungdo, 7e plus grande île parmi les 1004 du district Sinan dans le Jeonla-Nam do, a une population de 2100 habitants et une superficie de 40,03km². Elle est connue pour être la première ville écologique (ou slow city) de l’Asie.

L'île de jeungdo

L’île de jeungdo

Le mot slow city est une traduction littérale anglaise du mot italien cittaslow qui représente un mode de vie lent, soit-disant simple et sain. S’opposant à l’idée de la ville urbaine très animée, la slow city propose une vie dans un environnement naturel où l’on peut prendre le temps d’apprécier les traditions et les aliments locaux. Jeungdo a été désigné la première slow city en Asie en 2007 : l’île répond aux objectifs du développement durable en respectant les trois volets : économique, social et environnemental.

La protection de l’environnement

Afin de préserver son environnement, Jeungdo a mis en place quelques lois. En effet, Jeungdo est la première île ou il est interdit de fumer dans le monde . Cette loi a été promulguée le 16 mars 2010 pour la santé des habitants et pour préserver une ville environnementale et propre. Toute personne ayant fumé doit payer une amende de 200.000 wons, soit environ 135 euros.

Peu de voitures sur les routes

Peu de voitures sur les routes…

Ensuite, cette île met les moyens de transport écologiques comme le vélo, la marche à pied où les voitures et les bus électriques en valeur plutôt que les voitures à carburant pour que l’air soit pur. Le moyen de transport principal reste tout de même le vélo, qui peut être amené individuellement ou directement emprunté sur l’île pour un ou plusieurs jours, car l’île dispose de 700 vélos pour ses touristes. Il existe de même un parcours, le chemin Mo-shil-guil, qui longe la mer en faisant le contours de pratiquement toute l’île. C’est pour ces deux raisons principales que Jeungdo a un air pur et frais.

En plus de cela Jeungdo demande non-seulement un tri mais aussi une réduction des déchets. La Corée, malgré ses efforts pour une collecte et un traitement performants des déchets, connaît une surabondance de ceux-ci.

...contrairement à l'Olympic Highway de Séoul !

…contrairement à l’Olympic Highway de Séoul !

C’est pourquoi pour l’île de Jeungdo, le gouvernement prône spécialement une gestion de déchets par un système de payement qui dépend du poids et du volume du sac poubelle. Par exemple, un sac de 20 litres, pouvant être acheté dans de petites échoppes ou des magasins du quartier, coûte 280 wons, soit 2 centimes d’euros. Il existe aussi des sacs spécifiques pour différentes sortes de poubelles, comme les plastiques, les cartons, les déchets électroniques. En cas d’utilisation des sacs poubelles non autorisés, une amende de 500.000 wons (350 euros) à 1.000.000 wons (660 euros) doit être payée. C’est ainsi que Jeungdo conserve un territoire propre et sain sans pollution.

Cette loi doit cependant être appliquée individuellement avec conscience et dévouement. Bientôt dans toute la Corée sera mis en place un système de payement de déchets alimentaires dont le prix dépendra du poids.

Jeungdo est aussi connue pour maintenir un système d’agriculture durable, soit un mode de production agricole viable et équitable économiquement, socialement et environnementalement.

Elle ne nuit ni à l’environnement ni à la santé.

Les marais salants

Les marais salants

En effet à Jeungdo, pour cultiver, des engrais organiques faits à partir des déchets alimentaires, sont employés plutôt que des intrants tels que des pesticides et des engrais chimiques. C’est pourquoi Jeungdo est connue pour produire du riz de très bonne qualité, et spécialement 3 types de riz: le Seummaeul ssal (섬마을 쌀), le Minam ssal (미남쌀) et le Gaetboel ssal (갯벌쌀).

Le sel

Le sel

Ceux-ci sont cultivés dans des territoires près des vases qui sont riches en géranium et en minéral. Ils affirment avoir meilleurs goûts et éventuellement contenir plus de nutrition que d’autres types de riz. Entre parenthèses, dans tous les restaurants de l’île, les ingrédients utilisés sont directement produits dà Jeungdo et ont pour spécificité d’être frais et « verts ».

De même, Jeungdo utilise l’énergie solaire depuis 2007 pour éclairer les lampadaires qui se trouvent sur les chemins de promenade. Ces panneaux solaires produisent environ 800kWatt dans la journée,

Protection de la vase a Jeungdo.

La vase

La vase

Jeungdo est très connue pour sa vase car celle-ci constitue les trois quarts de sa surface, soit 31,3 km². Dans les vases de Jeungdo, 23 000 trésors datant de plus de 600 ans sont découverts depuis 1976. La vase de Jeungdo est protégée par l’UNESCO depuis le 25 mai 2009. Ceci, de même, est ce qui fait de Jeungdo une île « verte ».

Le pont Jjang-ttung-eo est le pont qui traverse les vases de la plage Ugeon. C’est le premier pont fait en bois en Corée et il s’étend sur une vase d’environ 470m. Jjang-ttung-eo est en fait le nom d’un poisson, le « blue spotted mud hopper », que l’on ne trouve que dans les eaux non polluées, et que l’on peut ainsi apercevoir près du pont lorsque la marée est basse. Sur la plage d’Ugeon, les visiteurs peuvent admirer un beau paysage pélagique pendant le jour, le coucher de soleil et le crépuscule, et la nuit, comme ce lieu est faiblement pollué, on peut clairement y voir les étoiles.

Ugeon étant une plage de vase, il est possible, durant le festival annuel de « Sinan germanium mudflat » de faire du mudsledding et mud massage, c’est-à-dire de la « luge » sur de la vase et des massages de vase.

Le pont Jjang-ttung-eo

Le pont Jjang-ttung-eo

Cependant, le littoral étant un espace naturellement instable notamment à cause de l’augmentation du niveau de la mer, il est soumis à des risques naturels tels que des tempêtes qui provoquent des érosions, des cyclones et des inondations. En plus de cela, des activités concurrentes, tels que le tourisme, le menacent. Ceux-ci sont d’importants consommateurs de terrain et d’eau. L’activité agricole doit faire face à la hausse des prix des terrains conséquente et au partage de l’eau qui devient particulièrement concurrent pendant les saisons touristiques. De nos jours, le tourisme est nuisible à la préservation de l’environnement et c’est pour cela que l’on en fait un secteur lucratif: en effet à Jeungdo, le gouvernement en 2012 a imposé un prix d’entrée de 2000 wons par adulte. Cela sert de fonds d’aménagements environnementaux de l’île grâce auxquels l’île peut maintenir son statut de « slow city ».

Une ressource naturelle caractéristique de Jeungdo : le sel.

염 鹽 Yeum

Chaque élève a reçu un paquet de sel des marais salants Taepyeong

Chaque élève a reçu un paquet de sel des marais salants Taepyeong

Ce caractère chinois, prononce “yeum” se divise en trois parties. Le premier caractère en haut à gauche (臣) signifie le sujet ou le vassal, le caractère en haut à droite signifie l’eau salée, puis le caractère en bas (皿) signifie l’assiette. L’interprétation de ce caractère pourrait être que sel est une nécessité pour l’homme. Bien que l’étymologie du sel en coréen soit « yeum », on le dit aussi « sogueum » (소금). « Sogueum » est aussi composé de deux caractères chinois: le 小 « so », signifiant petit, et le 金 « gueum », signifiant or. Le sel en coréen signifie « petit or » car il était autrefois un bien important et rare comme de l’or.

 

Jeungdo est le plus grand producteur de sel en Corée (16 000 tonnes de sel par année). Le sel fait l’importance économique de cette île et occupe à peu près 15% de sa surface, ce qui nous prouve bien que cette île se consacre, en plus de la superficie de la vase de 31,3km2 sur 40,03km2, soit environ ¾ de la superficie, presque entièrement à la préservation de son environnement. Une activité est d’ailleurs proposée aux touristes pour participer à la production du sel. Des glaces au sel sont aussi en vente à côté des marais salants, aux goûts de mangue, chocolat, vanille, fraise, et myrtille. Ne vous inquiétez pas, elles ne sont pas salées !

Cependant des grandes entreprises alimentaires envahissent Jeungdo car de nombreux consommateurs achètent du sel venant de cette île plutôt que des assaisonnements ou des sels chimiques ou artificiels. L’arrivée de ces entreprises heurte l’environnement de l’île en raison de la construction d’usines et du transport (camions). Jeungdo pourrait perdre son originalité en se soumettant à ces grandes entreprises.

En conclusion, même si Jeungdo connaît des controverses à cause du tourisme et des entreprises alimentaires, elle fait de son mieux pour préserver ses traditions et son environnement grâce à des lois qu’elle met en place, comme l’interdiction de certains moyens de transports qui polluent l’air, l’interdiction des cigarettes et la limite de la quantité de déchets.

Jeungdo est une île certes pas complètement parfaite mais qui respecte cependant au mieux les principes d’une « slow city ».

Article rédigé et photos prises par Michèle DUBEAU et Iris LEE

Sitographie :

http://blog.daum.net/

http://www.senat.fr/rap/r11-

http://fail-en-coree.blogspot.

http://blog.kiost.ac/

http://ssdkim12.blog.me/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *