Un nouvel engin automobile sur les routes de Bangkok : cauchemar ou don du ciel ?

Le 28 mai 2010, la ville de Bangkok a inauguré le BRT. Un projet de 13 milliards de baths qui permettrait de relier les nombreux réseaux déjà présents. Il serait aussi la raison de nombreux troubles de la circulation dans le centre ville.

Après les bus communs de toutes les couleurs, le BTS (Bangkok Transit System) et le MRT (Mass Rapid Transport) la ville de Bangkok a mis en service le 29 mai 2010 un nouveau moyen de transport : le BRT, Bus Rapid Transport.

Ce bus jaune et vert, à l’allure de chenille, nous permet désormais de traverser Rama III de la station Rathaphruek jusqu’à Chong Nonsi, le terminus, qui est par ailleurs relié à la station de BTS du même nom.

Le BRT sur Narathiwas

Pendant sa période d’essai, la municipalité de Bangkok proposait de prendre gratuitement le BRT jusqu’au 1er septembre afin d’attirer la clientèle la plus grande et la plus variée possible. Il a été de même aménagé pour accueillir les personnes handicapées.

Le tarif est aujourd’hui de 10 baths (soit 0,25 euro) sur la totalité de la ligne, contre 7 baths pour les bus traditionnels, et cela jusqu’au 2 janvier. Ensuite les prix varieront de 12 à 20 baths selon la distance parcourue, un tarif supérieur à celui des bus traditionnels mais pour un confort et une rapidité supérieurs.

Les différents enjeux du projet

En effet, initialement, le projet devait permettre d’accroître le réseau de transport public rapide mais aussi de réduire les embouteillages et les émissions de gaz à effets de serre de 15 %. Il permet aussi un agrandissement des liaisons de transport.

La fluctuation des routes sur Narathiwas

Mais il semblerait qu’il ait eu l’effet contraire : la modification des feux destinés aux automobilistes ainsi que la construction des lignes prioritaires sur l’accès principal au centre ville causeraient de nombreux troubles de la circulation et seraient à l’origine de l’intensification du trafic sur Narathiwas.

Un nombre non négligeable d’accidents sont survenus à proximité des lignes causées par les véhicules qui ne respectent pas les nouvelles signalisations imposées par le BRT.

Il serait également le cauchemar des motos taxis qui d’une part perdent leur clientèle et d’autre part ne cessent d’emprunter la ligne prioritaire et doivent désormais payer de nombreuses amendes.

Ce nouveau moyen de transport, parce qu’il implique de nouvelles réglementations et contraintes, suppose également une évolution des comportements.

Les polémiques suscitées par le projet

Plusieurs programmes électoraux récents proposent donc simplement de supprimer ce dispositif dont la réalisation a coûté 13 milliards de baths.

Et pourtant, alors que certains ne peuvent plus supporter la présence du BRT sur les routes de la capitale et que le projet de ligne Mor Chit – Pak Kret a été abandonné, d’autres prévoient déjà un projet d’extension.

Les avis de la population quant à cette polémique sont mitigés. En effet, le BRT depuis son inauguration a compté 50 000 passagers et a permis la création de nombreux emplois. On le voit, le BRT offre un bilan controversé.

Texte et photographies PAKTIPATT Malie, 1ère ES

Lycée français de Bangkok

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *