Yan Oi Tong, une usine pour recycler les plastiques

Yan Oi Tong EcoPark Plastic Resources Centre est une usine de recyclage, basée à Tuen Mun dans les Nouveaux Territoires de Hong Kong. Dans le cadre de nos enquêtes en enseignement d’exploration « Ecologie et Territoires » sur la pollution plastique, nous sommes allés visiter cette entreprise.

Les élèves au travail… Il fallait du cœur à l’ouvrage pour venir à bout de cette petite montagne de bouteilles en plastique. (crédit : VDFD)

Les élèves au travail… Il fallait du cœur à l’ouvrage pour venir à bout de cette petite montagne de bouteilles en plastique. (crédit : VDFD)

L’entreprise collecte les déchets plastiques d’écoles, d’hôpitaux et de certains sites du gouvernement qui sont sous contrat. C’est notamment le cas de notre école ! Yan Oi Ton a ainsi 800 partenariats. L’usine a pour objectif de recycler le plastique, mais surtout de sensibiliser les habitants à réduire leur consommation de plastiques. Car il est impossible de tout recycler tellement les quantités consommées sont importantes… encore et toujours, nous produisons bien au-delà de notre capacité à absorber les conséquences de la consommation.

Afin d’approfondir nos connaissances nous sommes allés visiter cette usine de recyclage. En « Ecologie et Territoires » nous essayons d’améliorer notre environnement et nous avions pour le moment surtout vu les problèmes causés par les plastiques… Ce n’est pas une mince affaire qui touche les océans. Nous envisageons maintenant des solutions.

Pendant cette visite, nous avons été accueillis par trois représentantes de l’usine qui ont expliquées la fonction de l’entreprise, comment et pourquoi il est important de trier ce plastique. Car tous les plastiques ne se recyclent pas. Les plastiques durs peuvent facilement avoir une deuxième vie, mais les plastiques à usage unique (notamment emballage alimentaire) peuvent rarement être recyclés…

A l’attaaaaaaaaque !

Les élèves au travail…(crédit : VDFD)

Les élèves au travail…(crédit : VDFD)

On nous a ensuite proposé de passer à l’action en participant au travail de l’entreprise. Mais avant de partir dans la bataille, la protection avant tout ! Commençant par les bras, nous avons enfilé de ‘magnifiques’ protèges-coudes fleuris ou neutres. Il s’en suivi un tablier avec des motifs enfantins (un moyen de se moquer gentiment des garçons, ce vêtement enlève le côté bad boy de certains), et enfin des gants en laine. Après avoir revêtu cette élégante protection, nous nous sommes dirigés dans un hangar où un énorme tas de plastiques nous attendait pour passer au tri.

Les élèves au travail… (crédit : VDFD)

Les élèves au travail… (crédit : VDFD)

Il ne fallait pas mélanger trois types de bouteilles : transparentes, bleues et autres couleurs, car le procédé pour les recycler et ce qu’elles vont devenir change selon ces critères. Une quarantaine de minutes plus tard, nous avons trié plus de 200 kilos de plastiques. Nous étions fier de voir le tas se réduire en si peu de temps. Si nous avons trié 200 kilos en 40min à 19 élèves, imaginons les vingt-sept employés qui y travaillent chaque jour, c’est juste énorme! Et pourtant, Yan Oi Tong doit refuser de nouveaux contrats car l’entreprise ne peut plus stocker les arrivages… il y a trop de plastique !

Pour nous, c’est une découverte qui ne dure que quelques heures et d’une minute à l’autre, nous revenons sur les bancs de l’école, mais je pense que certains le lendemain ont eu mal au dos. Ainsi, les vingt-sept employés travaillent accroupis ou se baissent souvent et entendent les bruits incessants que font les machines ; en fin de journée, ces personnes doivent avoir un crâne en morceau mais aussi des problèmes d’articulations. Ce sont des métiers fatigants. Mais ils arrivent à trier environ six à sept tonnes de plastiques par jour.

Et pourtant, un vieux bout de plastique ne se trie pas comme ça, il faut les choisir par couleur et par matière. Ensuite, il est déchiqueté puis lavé. Il sera ensuite revendu sur un marché, voire à certaines entreprises spécialisées dans les produits recyclés pour leur redonner vie en stylos, surligneurs, vestes, doudounes, chaussures… Nous avons vus de très nombreux exemples.

Dans le rapide tour de l’usine que nous avons fait, on voyait les employés trier, les machines réduire en petit morceau et tout cela prenait une nouvelle signification. Avant de se quitter, les représentantes ont répondu à nos question et nous supposons que l’usine ne va pas nous oublier avec les traces de notre passage sur le mur du local : un espace était dédié pour les signatures des invités !

Nadia Carrieri & Céline Yang, Seconde.

1 comment for “Yan Oi Tong, une usine pour recycler les plastiques

  1. francine Kuipers
    21 avril 2015 at 13:40

    Article intéressant. Bravo!

    Je suis une enseignante française qui vit en Californie. Un réalisateur chinois est venu présenter ses documentaires sur le plastique. Je vous envoie les liens.

    http://dgeneratefilms.com/catalog/beijing-besieged-by-waste-wei-cheng-la-ji

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *