Gary Stokes, en mission pour l’océan!

Les élèves de seconde de l’enseignement d’exploration “Ecologie et territoires” ont eut l’honneur d’accueillir à l’école un membre important de l’association Sea Shepherd dans le cadre de nos projets de lutte contre les plastiques dans les océans.

Gary avec les élèves d’Ecologie & Territoires du LFI (VDFD)

Gary avec les élèves d’Ecologie & Territoires du LFI (VDFD)

L’organisation internationale Sea Shepherd a pour but la conservation et la protection de la faune et de la flore marine. L’ONG, fondée en 1977 par le célèbre capitaine Paul Watson, a une réputation bien établie et parfois polémique ; elle veut mettre fin à la destruction des écosystèmes marins fragiles et aux massacres des espèces. Conserver et protéger la biodiversité des océans du monde entier est leur unique objectif.

Gary Stokes est le représentant de cette association pour toute l’Asie, il est basé à Hong Kong. Ce photographe de métier met en place des stratégies novatrices d’action directe, parfois risquée, pour enquêter et intervenir sur place, afin de montrer au grand jour les actions illégales. Pour cela, lui et ses collègues n’hésitent pas à partir ‘combattre’ en haute mer. Par exemple leur intervention en Antarctique contre les baleiniers Japonais a été documentée avec la série télévisée Whale Wars (Les guerres de la baleine) où l’on voit que chaque année, Sea Shepherd et sa flotte de navires traversent ce vaste océan pour essayer d’empêcher les massacres. Ces interventions veulent faire respecter la Charte Mondiale pour la Nature des Nations Unies, adoptée le 9 novembre 1982 (article 21 à 24). La charte renforce théoriquement l’interdiction des pêches illégales sur tous les océans. Gary Stokes opère essentiellement en Asie-Pacifique et a vu avec satisfaction l’Australie porter devant les tribunaux l’action des baleiniers japonais dans les mers de l’Antarctique et réussir à faire interdire cette pêche (pourtant déjà illégale).

Gary Stokes est le représentant Asie de l’association Sea Shepherd (G.Stockes)

Gary Stokes est le représentant Asie de l’association Sea Shepherd (G.Stockes)

De même, Sea Shepherd intervient dans le cadre d’opérations variées par exemple en Islande ou au Danemark (les îles Féroé). Gary Stokes a notamment raconté les coulisses de la dernière action de l’ONG contre le massacre rituel des dauphins dans cet archipel. L’association intervient jusque sur les côtes de France, pour prévenir des actions illégales de pêche, parfois sans l’aide des forces des ordres.

Les massacres, comme celui près des côtes du Japon montré dans le film “The Cove”, détruisent fortement la flore marine, et anéantissent évidemment des espèces de dauphins, tué par milliers chaque année. Gary explique tout cela avec beaucoup de sensibilité.

Grâce aux médias, l’action de Sea Shepherd est en effet reconnue. A titre d’exemple, ils ont enquêté et fait savoir que Hong Kong vend et/ou consomme 60% des ailerons de requins pêchés dans le monde. En sensibilisant le public, Gary a obtenu des résultats avec une diminution substantielle de la pêche de requins. Il explique qu’il faut parfois passer par des astuces étonnantes : par exemple, il a freiné le trafic en portant plainte contre les vendeurs qui étalaient les ailerons dans les rues pour les faire sécher ; en disant que ce n’était ni hygiénique, ni pratique pour le passage. Les vendeurs ont dû se déplacer sur les toits, mais c’est également interdit… et ainsi de suite.

Gary Stokes a décidé de consacrer son temps et sa vie à ces causes lorsque, il y a 10 ans, l’affection maternelle d’une baleine pour son petit lui a servi de révélateur de sa vocation. Dans les eaux indonésiennes, la baleine nageait côte à côte avec le bateau de ses amis, elle était fatiguée. Elle a alors laissé son petit avec les plongeurs pour partir se reposer quelques heures au fond, avant de revenir. Le baleineau resta donc quelques heures auprès du bateau, jouant avec les voyageurs, dont Gary. Très touché, celui-ci s’est rendu compte que la baleine était en train de descendre vers l’Antarctique pour trouver plus de nourriture… et que la saison de la chasse venait de commencer. Peut-être elle et son baleineau feraient-ils parti de l’horrible massacre. A partir de ce jour, il a changé toutes ses activités pour se consacrer entièrement à la protection des océans.

Cliché pris au cours d’une mission de Sea Shepherd contre des baleinier japonais, en 2011 (G. Stockes)

Cliché pris au cours d’une mission de Sea Shepherd contre des baleinier japonais, en 2011 (G. Stockes)

Évidemment, gérer une telle ONG n’est pas toujours fait de belle aventure. Il faut aussi de l’administration. Le schéma de financement utilisé est toujours le même et devient de plus en plus innovant, dans la transparence la plus totale notamment à travers l’accès aux informations, des films, l’utilisation des medias, etc. Le principal recours financier reste les dons, financiers et matériels. Certains donnent un peu d’argent, mais des personnes connues peuvent aussi financer un navire entier.

Phoques, baleines, requins, dauphins, thons rouges et autres espèces menacées reçoivent aujourd’hui de l’aide et un soutien vital à leur préservation. C’est aussi une aide pour nous car cette biodiversité est indispensable à notre planète.

Nous remercions Gary de nous avoir ouverts les yeux sur les problèmes qu’il rencontre dans les océans, ainsi que l’association Sea Shepherd pour lutter pour la conservation de nos environnements marins.

Florence REMY, Seconde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *