Les fourmis, petites mais essentielles

IMG_0880Dans le cadre de cette année sur le thème de la biodiversité, le groupe « Ecologie et territoires » a rencontré Benoit Guénard, un enseignant chercheur de Hong Kong University ayant une drôle de passion… les fourmis !

Quand ont le rencontre, la première question pourrait être : comment un homme aussi grand (2m03) peut s’intéresser à des créatures si petites ? Tout a commencé en Bretagne où son père, biologiste, lui a fait découvrir la nature sous toutes ses formes, les animaux, les plantes… Il apprit à aimer cet espace mais s’intéressa plus particulièrement aux insectes qui le composent. Ce jeune français ne savait pas exactement ce qu’il voulait faire mais avait une exigence : voyager autour du monde. Ainsi, il commença ses études en France pour partir ensuite aux Etats-Unis en passant par le Canada. Il continua vers le Japon et termina son parcours par un Post Doctorat. Il est aujourd’hui enseignant à l’université de Hong Kong.

IMG_0873Pourquoi les fourmis ? Cet écologiste de terrain vous répondra que bien que cet être vivant soit très petit, il est extrêmement abondant partout sur la Terre. Il détient un vrai rôle dans les écosystèmes et se trouve même être essentiel. Les fourmis ont ainsi un rôle de prédation car elles contribuent à réguler et à permettre un équilibre des espèces (exemple des pucerons). Elles ont parfois des responsabilités étonnantes dans la nature : certaines sauvegardent des graines profondément dans leur fourmilière pour les ressortir si un incendie a dévasté les environs. Enfin, les fourmis ont également un rôle de nettoyeur en permettant d’éviter la propagation des maladies.

IMG_0888Lors de sa visite, Benoit Guénard nous a aussi montré et présenté les fourmis dans leur milieu naturel, c’est à dire pratiquement partout ! Nous sommes donc allés les chercher en bas du lycée pour pouvoir observer ces mystérieux auxiliaires de la forêt de plus près. Il n’a pas fallu longtemps avant que nous remontions en classe avec une collection de différents spécimens que nous avons observés avec des loupes binoculaires. En définitive, le proverbe « il ne faut pas taper les plus petits que soit » correspond bien à notre sujet car bien que cet être soit petit, il nous est extrêmement précieux pour conserver la chaîne alimentaire et l’équilibre de notre Terre.

Ninon GAUTHIER, Seconde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *